14 juin 2009

Peur de grandir...





J'ai toujours voulu faire un visuel très sombre (plus que d'habitude !) Un visuel "pour faire peur". Je me suis donc atteler à la tâche en partant d'une photo touchante et inquiétante en même temps, un petit garçon tout seul, sur un rocher, avec une silhouette étrange derrière lui.
En cours de route, j'ai pris la direction de parler de la "peur de grandir", du passage de l'enfance vers le monde des adultes, d'une peur vers une autre...
Voici donc "peur de grandir" !
Commentaires bienvenus ! faites pas les timides ceux du fond !

(plus grand en cliquant)
(image de référence)

5 commentaires:

An a dit…

Mo'il enchante la manière qui as de combiner les images, il se coûte beaucoup donner cohérence aux collage, et ton, au contraire, tu fais qu'il paraisse facile. Comme toujours j'invite à te passer par mon Rouen blog, bien que cette sera le conclue fois pourquoi je suis un lourd.

flambi a dit…

bah tout y ait le fond et la forme, je trouve le thème extrèment intéressant ainsi que la façon dont tu as joué des images pour le retranscrire.
bravo, je ne me lasse pas de découvrir chacune de de tes nouvelles créations, et j'attend toujours impatiemment la nouvelle

Fr3sh a dit…

La transformation de la photo est superbe , et cette peur de grandir je sais pas si c'est après avoir lu le texte mais on la ressent plus ou moins au travers de ce que t'as fait et puis cette peur de grandir j'y ai le droit en ce moment :/ puisque j'ai la forte impression que depuis que le lycée se termine ( le bac dans 4 jours youhou .. ) les responsabilités me tombent sur le coin du bec , ça et tant d'autres choses .

bleumarie a dit…

J'aime beaucoup la couleur sépia. Révélateur de ce qui appartient au passé, le présent déjà nous happe, et la peur de grandir, peur de vieillir, peur de mourir qui s'installe à chaque étape de notre vie. Au moment où nous commençons à avoir peur de grandir, c'est déjà trop tard ! Si on parvient à identifier, nommer cette peur, c'est que l'on est déjà grand ! Pour vieillir, c'est un peu pareil. Nos bébés font des risettes, nos enfants font des châteaux sur le sable, nos ados font les 400 coups et l'on se retourne, pfff ! Plus personne ! On se regarde dans la glace : d'où viennent ces cheveux blancs ? D'où viennent ces rides ? Ce n'est pas moi, impossible ! Ben oui c'est possible, c'est toi, c'est moi, et la peur de vieillir vient nous tordre les tripes. La nostalgie envahit notre espace, pas de reculade possible, c'est marche ET crève. Peur de mourir, je ne sais pas encore. Mais quand je le saurai, il ne sera malheureusement pas trop tard, la peur de la mort se laisse déguster (si on a la chance de vivre assez vieux pour ça), elle se glisse dans chacune des pores de notre peau. Et peut-être est-ce là que la peur est la plus forte ? Ou alors je me trompe, et c'est en amie qu'elle vient nous emporter, attendant sagement que nous ayions fait la paix avec nous mêmes, que nous nous soyions enfin résignés à l'accepter ...
P.S : J'ai des nouveaux articles, profite-en pour venir t'inscrire à mon nouveau blog !

Martine Roch a dit…

Je suis vraiment admirative de ton travail. C'est magnifiquement réalisé, inventif, créatif et surréaliste... J'adore !
tiens, même que si j'étais éditeur que je te publierais ;o))