15 mars 2009

Crise de nerfs...


J'avais 24 ans la première fois que j'ai mis les pieds chez "Paru-Vendu". Je venais de faire 3 ans d'Arts appliqués, j'avais des rêves pleins la têtes et la PAO était tout juste à ses débuts. Il n'y avais aucune formation dans le domaine de l'infographie, et les portes s'ouvraient comme par magie si vous acceptiez d'êtres formés sur le "tas".
C'était il y a 17 ans....17 ans à faire des pubs avec des éclatés rouge/texte jaune, 17 ans à faire des pubs pour la "promotion de la semaine sur les saucisses", ou "20% de réduction sur les amortisseurs"...Pas très glamour comme job, pas toujours valorisant en créativité mais c'est mon job. J'ai traversé plein de choses en le faisant, la montée d'internet, l'apparition des téléphones portables, le passage à l'euro etc...C'est mon job et je m'y sens bien. Depuis le temps, les amitiés se sont installées, les affinitées se sont crées. C'est une véritable "vie" parallèle, avec son lot de naissance, de décès, de fous rire, de cris, de colère...Les départs de certains, l'arrivée des nouveaux. 17 ans que j'observe l'évolution de ma "petite entreprise", d'abord avec mes yeux de "jeune adulte", puis avec mes yeux d'adulte, mes yeux de mari, de père. J'ai moi aussi évolué, j'ai moi aussi traversé certaines turbulences dans mon "autre vie", celle de l'autre côté de la rue.
Et puis la crise, que l'on regarde de loin, que l'on écoute d'une oreille...jusqu'au jour on l'on vous annonce que vous allez certainement passer a 80% du temps de votre travail, jusqu'au jour ou l'on vous annonce que vous allez perdre 20% de votre salaire...définitivement.
Et puis certains mots qui font peur arrive a vos oreilles......"Plan social".
Nous somme environ 500 concernés par cette baisse de salaire définitive, et a priori, il suffirais qu'une petite poignée refuse ce changement pour mettre en place ce fameux "plan social", qui est un moyen politiquement correct de dire "licenciement".
Et la, on se pose des questions, on se remet en cause, en grogne, on gueule, on prend peur de celui celui dont-on-ne-dois-pas-dire-le-nom.....le chomage. On se rassure comme on peut ("j'ai de l'ancienneté, j'ai 2 enfants en bas âge...").

Et pour la première fois de ma "vie active", je ferais grève jeudi, je serais dans la rue avec d'autres....beaucoup d'autres....
beaucoup trop.

17 commentaires:

grossemain a dit…

très touchant, tres bien écrit! on est de tout coeur avec vous!

zef a dit…

La crise a bon dos par les temps qui court, c'est vomitif !!
On pense bien à toi mon ami...

Anonyme a dit…

georges
ca y est tu touches du doigt une réalité ,
tu es plein de créativité d 'expérience
maintenant tu réagis,tu te bouges et tu explores toutes les possibilités et au culotet à l'envie tu dois faire la différence
j ai confiance en toi

flambi a dit…

et ca ne fais que commencer...

charaspower a dit…

C'est vrai super touchant et super bien ecrit et je suis d'accord tu es plein de creativité tu as une grosse experience, c'est peut être le tournant de ta vie cette crise. En tout cas bon courage Casa, baisse pas les bras

LAST a dit…

Bon courage à toi (je me retrouve un peu au début de ton article) ; c'est peut-être l'occasion de devenir auto-entrepreneur ?…

Casajordi a dit…

Merci à tous pour le soutien ! Pas facile d'être dans l'attente d'un décision, d'assister a la coulée du navire en étant sur le pont...Wait and see
Last...je me vois pas en auto-entrepreneur, j'ai trop besoin de sécurité mais en complément, pourquoi pas !

flambi a dit…

si tu es sur le pont pense a te mettre pas trop loin d'un radeau de survie, les femmes et les enfants d'abord quand même!
bah quoi qu'il en soit tu as un énorme potentiel de créa qui peut te sauver la mise

fabien a dit…

dosolé d'entendre ça mais si cela se passe mal, cela sera peut-être le début de quelque chose plutôt que la fin...

Pollock a dit…

C'est vrai qu'on a plein de points en commun. Mais avec ton talent, je ne comprend pas que tu ne sois pas encore Freelance. J'étais dans la même boite depuis 15 ans et j'ai senti venir "la crise", j'ai créé ma micro entreprise, d'abord en complément et pour me faire connaitre, maintenant ça commence vraiment à payer.
Ma vision des choses et que les structures moyennes de communication (5-15 personnes) sont terminés,
place au petits, Ok c'est pas toujours des budgets extraordinaires, mais il y a des tonnes de micro entreprises qui ont besoin de communiquer.
Il y a de la demande c'est certain !
Bon courage, mais pour être honnête je ne m'inquiète pas trop pour ton avenir.

casajordi a dit…

Pollock > J'ai choisi la tranquillité dans ma vie professionnelle, pour me nourrir et la créativité comme "loisir". Si demain je devais utilisé cette créativité pour manger, je crois que je perdrais le plaisir que j'ai à faire mes compositions. Dès le moment ou quelque chose deviens une obligation, tu perd la spontanéité et la motivation. J'aime savoir que je peux demain tout arrêter, cela ne sera préjudiciable qu'a moi-même. C'est un luxe que je me suis offert, n'être dépendant que de mon plaisir, mais pas de ce qu'il me rapporte. J'ai malgré tout des idées et des envies qui vont dans cette direction et je te demanderais peut-être des conseils !

Pollock a dit…

Pas de problème Casa, je suis dispo si tu a besoin d'aide. Avant de commencer j'avais solliciter Fabien, Lordyoyo... Pour info il y a un bon article sur le statut actuel des graphistes sur pixelcreation.
http://www.pixelcreation.fr/graphismeart-design/graphisme/metiers-remunerations-2009/

A bientot et bon courage

fabien a dit…

CE n'est pas simple de se mettre à son compte, c tellement plus simple d'avoir des sous tous les mois à la même date... jongler avec les projets pour réussir à avoir assez à la fin du mois... mais c'est le mauvais coté, le bon c'est les rencontres et se sentir évoluer... Casa, ta crise créative je ne l'ai pas eu car chaque projet me pousse vers uqelque chose que je n'aurais pas trouvé seul... le graphisme est un art appliqué, c'est de la création mais qui doit servir un message... après je comprend ta position et je respect ton point de vue...

bleumarie a dit…

Qui c'est l'anonyme ??? Bon, écoute, ne panique pas. C'est sûr que c'est flippant, pas pour toi, mais pour tes enfants, ta femme, votre vie à tous les 4. Mais tu végètes un peu dans ton job, non ? Avec le talent que tu as, je suis sûre que tu peux trouver quelque chose qui te conviendra mieux. Beaucoup de gens croient en ton talent, et en premier lieu, nous, ta famille. Comme le dirait maman, un jour il va se passer quelque chose qui te poussera à choisir. Je pense souvent à ce qu'elle dit et comme elle a raison !!! Mais faut avoir le courage de laisser venir justement. Même si tu as l'impression d'avoir du poil à gratter dans le falzard, et qu'on t'attache les mains pour ne pas que tu te grattes ... Faut attendre et voir. Il va se passer quelque chose et tu sauras que c'est le moment de changer ou de rester. Car ce choix, tu l'auras d'une façon ou d'une autre. On ne te forcera à rien, ne t'en fais pas. Je n'ai pas de boule de cristal, mais je ne sais pas expliquer pourquoi mais je suis sûre qu'il en sera ainsi !

bleumarie a dit…

C'est bizarre, l'anonyme t'a écrit en plus le 15 mars... Je sais, son prénom commence par un U et se termine par un A ... J'ai gagné ?

conkershop a dit…

Moi aussi comme toi je suis passé par des étapes professionnelles de simple graphiste j'ai un beau jour décidé de créer ma boite pour être mon propre "patron' (j'ai presque peur de dire le mot de nos jours tellement cela sonne comme une insulte) en pensant que c'était la suite logique, crois moi en tant qu'ancien Boss le constat est tout aussi alarmant et dévastateur que pour les salariés : horaires à n'en plus finir, charges, taxes, crédits, cautions personnelles, faillites, redressements, contrôles fiscaux... un enfer. Alors oui j'ai aussi décidé d'arrêter, de stopper l'hémorragie, de licencier mon équipe (bien dédommagée quand même, la loi française veille), et me suis condamné à écumer des dettes a n'en plus finir, sans la moindre assistance (en tant que gérant je n'avait le droit à aucune indémnité assedic). Il fut un temps ou l'on sabrait le champagne lorsque le fils de famille annonait qu'il se mettait à son compte, époque révolue ou les gens pensaient (à tort) que la bonne planque est la garantie de l'emploi. Je comprend ton choix de dissocier "l'alimentaire" du "passionnel" mais, je te le dis cruement parce que tu sais l'affection que j'ai pour ta personne : tu t'imaginais quoi ?, qu'ils allaient te garder jusqu'a 60 ans à faire tes elipses fluo et tes coupons de réductions, si ce n'était pas la crise cela aurait été un contrat de qualif ou un stagiaire de 20 ans avec les dents longues qui t'aurait condamné à la trappe, la reconnaissance du client ou du patron n'existe pas, tu peux te saigner corps et âme tu te fera virer tôt ou tard par un DRH qui te dira l'air à peine géné qu'il ne peux pas faire autrement, qu'il a tout fait pour te garder mais que la "conjoncture", "restructuration", "crise" (rayer la mention inutile !!) ne le permet pas ! Alors depuis je suis comme beaucoup : freelance, je travaille quand je veux, avec qui je veux, j'ai retrouvé une liberté professionnelle qui me permet de m'épanouir dans mes loisirs.
De plus, un gars armé de ta gentillesse, de ton cœur et de ton talent n'aura aucun problème a trouver du travail j'en suis certain. Pour résumer voici mon sentiment et mon conseil d'ami : au lieu d'aller parader a faire la greve avec tes copains de boulot (ce qui ne servira à rien), met toi à ton compte, troque ta "tranquilité" professionnelle pour une "liberté professionnelle" tu verra la vie autrement !! bises

casajordi a dit…

Merci Conker..très touché !